dimanche 6 mars 2016

Les devoirs: utiles ou non?

Ah! Les devoirs! Il me semble que le simple fait de prononcer le mot donne des maux de tête à tout le monde... non?

Selon le Conseil supérieur de l'Éducation, "Les devoirs sont ainsi compris comme des tâches données aux élèves par leur enseignante ou leur enseignant, devant être réalisées en dehors des heures de classe et ayant pour objet d’approfondir et de consolider les apprentissages réalisés en classe ou de préparer les élèves pour des activités pédagogiques à venir. "

Vous, chers parents, que pensez-vous des devoirs? N'êtes-vous pas épuisés le soir, après votre journée de travail?  Vous reste-t-il du temps et de l'énergie pour accompagner votre enfant dans la réalisation de ses devoirs?

Les temps ont changé. Il faut évoluer et accepter les nouvelles réalités de la société d'aujourd'hui. Les familles sont séparées, monoparentales ou recomposées et il est de plus en plus difficile de concilier le travail avec les exigences de la vie familiale.  Le soir, lorsque toute la petite famille est réunie à la maison, c'est un autre travail qui commence! Il faut préparer le souper, aller porter le plus grand à sa pratique de hockey, sortir le chien, aller au bureau de poste ou aller chercher un pain à l'épicerie, ou encore donner le bain au plus jeune... ouf! Les parents sont à bout de souffle, ils manquent de temps!

Et les enfants dans tout cela? Souvent, ils mangent en vitesse car ils doivent se préparer pour aller à leur cours de karaté, ou leur pratique de hockey.  À 19 heures le soir, pensez-vous vraiment qu'il reste assez d'énergie cognitive dans le petit cerveau du p'tit pit pour composer un résumé sur un roman ou faire une page de divisions?

Vous, enseignants, n'êtes-vous pas tannés de courir à la recherche des devoirs en retard ou oubliés? Et que dire des notes à l'agenda aux parents pour s'assurer que ce soit fait ou remis à temps? Finalement, les devoirs sont plutôt un casse-tête pour les parents, les enfants et les enseignants! Aujourd'hui, je crois qu'il faut se pencher sur la question: "À quoi servent les devoirs?" Il est temps d'y réfléchir car la réflexion amène des changements de pratique...

Quelle est notre intention pédagogique lorsqu'on demande des devoirs à nos élèves? Est-ce réellement pour consolider ses apprentissages? Je ne crois pas qu'une page de plus de divisions ou deux pages de plus sur les homophones puissent changer quoi que ce soit sur l'apprentissage de ces notions. D'ailleurs, plusieurs études démontrent que les devoirs n'influencent pas le rendement scolaire . En effet, selon les résultats de recherche du Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS), "au primaire, plus de temps passé à faire des devoirs ne signifie pas un rendement élevé".

Selon la recherche scientifique, "l’effet des devoirs peut être faible et négatif (plus de temps consacré est associé à de moins bons résultats) ou positif mais si faible qu’il n’est pas significatif sur le plan statistique (Cooper, 2007)."

Voici le temps recommandé selon Thierry Karsenti:


Qu'en est-il de la motivation? Quand les parents sont épuisés et les enfants aussi, comment peuvent-ils garder une attitude positive face à la tâche? Et que dire des parents qui ne maîtrisent pas la langue, comme c'est le cas chez nous... comment peuvent-ils jouer leur rôle de parent tout en ayant ce sentiment de compétence nécessaire à l'engagement? Et comment s'en sort l'élève qui éprouve des difficultés d'apprentissage?  Souvent, ayant des besoins particuliers, il exige la présence constante de son parent. Celui-ci, fatigué de sa journée, n'a plus l'énergie pour jouer au professeur et donner les explications supplémentaires à son enfant alors il pousse un peu plus pour que le devoir se fasse rapidement. Le stress augmente et les frustrations aussi. Les devoirs deviennent alors un moment très désagréable pour le parent et l'enfant.

Si certains enseignants pensent donner des devoirs pour améliorer les méthodes de travail ou développer le sens des responsabilités, je crois qu'ils font fausse route. À moins de mettre l'emphase sur les leçons, l'étude des conjugaisons, des tables de multiplications, ou encore mieux, la lecture!

Des données probantes sur la lecture nous confirme de ses impacts réels sur la réussite scolaire. Pour moi, la lecture c'est primordial, surtout dans un milieu où la langue française est une langue seconde. C'est la porte d'entrée de tous les apprentissages. La lecture permet aussi de faire un pas dans la culture, de s'évader, surtout après une grosse journée! En plus, si on donne le choix du livre, la lecture peut être un moment plaisant.

D'autre part, pour les plus jeunes, lire avec un parent permet de créer un moment d'intimité et de resserrer le lien familial.  Après le bain, ou avant le coucher, la lecture devient un moment agréable à passer, enfin!

Alors mon ti pit ! T'as passé une belle soirée?

Madame Kathy
Pour plus d'informations sur le sujet, allez consulter:
John Hattie " Homework in primary school has an effect of zero"
Le petit journal des profs: "Arrêtez les devoirs, faites-les lire!"
RIRE: "Plus de temps passé à faire des devoirs ne signifie pas un rendement plus élevé"
ELF: outil d'apprentissage ou de reproduction sociale?"
Conseil supérieur de l'Éducation "Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l'école primaire"

5 commentaires:

  1. Oui, les devoirs sont importants!!!

    RépondreSupprimer
  2. J'enseigne en 6e année et c'est la 2e année de suite que je ne donne pas de devoirs à faire à la maison sauf la lecture et de l'étude. J'ai organisé mon horaire en fonction de période de récupération en différenciation pour les remplacer et je ne crois pas un jour revenir aux devoirs à la maison.

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord avec toi et les recherches confirment que les devoirs n'ont que peu ou pas d'impact sur la réussite pour les élèves du primaire. Alors, mettons nos énergies où ça compte vraiment.

    RépondreSupprimer
  4. J'enseigne en 3e année et je donne uniquement de l'étude à faire à la maison.Le problème c'est qu'au secondaire, ils en donnent des devoirs. Si l'élève n'a jamais été habitué d'en faire, je me demande comment la transition se fait.

    RépondreSupprimer
  5. Moi les devoirs sont intégrés au plan de travail... Le fait de les faire choisir aide grandement!

    RépondreSupprimer

Quoi de neuf?

Rencontres inoubliables: partie 2